Xi Jinping: `` Le monde veut la justice, pas l'hégémonie ''

S'il vous plaît partager cette histoire!
L'idée de «justice» de Jinping est déséquilibrée: les règles doivent être harmonisées, mais privatisées. En d'autres termes, «vous respectez vos règles et nous garderons les nôtres». Sinon, arrêtez-vous. La Chine ne capturera pas le monde via l'hégémonie, mais en exportant la technocratie. ⁃ Éditeur TN

Le président chinois Xi Jinping a déclaré mardi que le système de gouvernance mondiale devrait être rendu plus équitable et plus juste, et que les règles fixées par un pays ou certaines nations ne peuvent pas être imposées à d'autres. «Le monde veut la justice, pas l'hégémonie», a déclaré M. Xi dans son discours d'ouverture au Forum annuel de Boao pour l'Asie, la réponse de la région à Davos.

Mais pourquoi Xi Jinping fait-il et dit-il ce qu'il est?

Pour le comprendre, il faut regarder l'histoire de son pays. Les 100 dernières années ont été un siècle rouge pour la Chine dominée par le communisme. Le véhicule de cette domination était le Parti communiste chinois. De nombreux dirigeants sont venus et repartis, mais le parti demeure.

Dans quelques mois, le PCC célébrera son centenaire - 100 ans de la fondation du parti. Beaucoup de choses ont changé au cours de ces 100 ans - le socialisme est passé au second plan, l'égalité est devenue un inconvénient. Le parti des paysans et des guérilleros recherche la domination mondiale et ne fait aucun prisonnier.

Mao Zedong parlait de rechercher la vérité à partir des faits. Aujourd'hui, son pays se spécialise dans la propagande et les mensonges.

Comment est-ce arrivé?

La Chine est une image de son chef et le communisme chinois est axé sur la personnalité. Le chef décide dans quelle direction le parti et le pays vont. Trois chapitres du communisme chinois en témoignent.

Il y a d'abord eu l'ère de Mao Zedong, un dirigeant insécurisé et impitoyable qui a présidé à des famines meurtrières et à une violente révolution culturelle, puis à Deng Xiaoping et à l'ère des réformes. La Chine a commencé à adopter la technocratie, embrassant la modernité qui s'est terminée avec la présidence de Hu Jintao. Et puis est venu Xi Jinping, qui mène la Chine sur la voie de la guerre. Ce chapitre du communisme chinois se déroule toujours et il a déjà décidé de son apogée.

Un monde dominé par la République populaire avec lui aux commandes. Xi Jinping ne cesse de parler du rêve chinois. Il prévoit de le faire en plaçant fermement le parti au sommet. Le politburo est désormais une cabale secrète dont les sociétés d'État sont devenues des actifs du parti. L'Armée populaire de libération a été réduite à des mercenaires. Xi Jinping a l'intention de créer un nouvel ordre mondial.

La Chine détourne les organisations mondiales et les remodèle. Les ressortissants chinois sont à la tête de quatre des 15 agences des Nations Unies. Ils ont laissé l'Organisation mondiale du commerce et l'Organisation mondiale de la santé sans dents.

Alors, voici à quoi ressemblera un monde dirigé par Pékin: la liberté et la liberté seront réglementées par l'État, Internet sera fortement censuré et la démocratie sera réduite à une théorie. De plus, nous pouvons dire adieu à un ordre basé sur des règles. C'est le méga-plan de la Chine et la première étape consiste à tester les eaux. La mer de Chine méridionale, où des centaines de navires chinois naviguent toujours dans des eaux contestées, est la répétition générale de Pékin.

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l’auteure

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S’abonner
Notifier de
invité
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires