Les jeunes manifestants de Hong Kong déjouent l'État surveillé

Hong Kong
S'il vous plaît partager cette histoire!
La nécessité est la mère de l'invention alors que les manifestants méfiants ont jeté des comptes de réseaux sociaux reconnaissables pour les VPN et les applications de messagerie cryptées de bout en bout. Fondamentalement, personne ne fait plus confiance à la Chine. ⁃ Éditeur TN

Au moment où la manifestante de 25 ans est rentrée chez elle après des manifestations qui ont tourné à la violence - des gaz lacrymogènes lui piquaient toujours les yeux - elle savait ce qu'elle avait à faire: supprimer toutes ses applications téléphoniques chinoises.

WeChat était parti. Alipay et l'appli de shopping Taobao l'étaient également. Elle a ensuite installé un réseau privé virtuel sur son smartphone à utiliser avec l'application de messagerie sécurisée Telegram afin de rester cachée des cyber-moniteurs.

«Je fais n'importe quoi» pour rester en avance sur la surveillance policière et cacher son identité, a déclaré la manifestante. Elle a demandé à être référée uniquement par son prénom, Alexa, pour éviter d'attirer l'attention des autorités au milieu de la plus grave vague de fond contre la domination chinoise à Hong Kong depuis 2014.

Les manifestations qui se sont multipliées au cours de la semaine dernière contre un projet de loi autorisant les extraditions vers la Chine continentale ont été marquées par un événement sans précédent: un effort coordonné des manifestants pour ne laisser aucune trace des autorités et de leurs systèmes de suivi améliorés.

Les manifestants n’utilisaient que des applications de messagerie numérique sécurisées, telles que Telegram, et adoptaient une approche totalement analogique: acheter des tickets de métro à un tour au lieu de cartes prépayées, renoncer aux cartes de crédit et aux paiements mobiles au profit de l’argent, et ne prendre aucun selfie ou photo de le chaos.

Ils portaient des masques faciaux pour se cacher des caméras de surveillance et craignaient les logiciels de reconnaissance faciale, et ont acheté de nouvelles cartes SIM à paiement par répartition.

Et, contrairement au mouvement démocrate de 2014, les dernières manifestations sont également restées intentionnellement sans chef dans une autre tentative de frustration de la police, qui a utilisé des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc contre la foule.

Samedi, la directrice de Hong Kong, Carrie Lam, a annoncé le report du projet de loi sur l'extradition, déclarant qu'elle espérait rétablir la paix dans les rues de la ville. Mais la mesure n'a pas été complètement retirée et Lam a toujours exprimé son soutien.

Les manifestants, de leur côté, ont appelé à une autre grande manifestation de défi dans les rues dimanche.

Au milieu du chaos, Hong Kong a donné une image de ce à quoi elle ressemble pour mettre en scène la désobéissance civile de masse à l'ère de l'État de surveillance.

«Le gouvernement chinois fera beaucoup de choses pour essayer de surveiller son propre peuple», a déclaré Bonnie Leung, une dirigeante du Front civil des droits de l'homme basé à Hong Kong.

Leung a cité la couverture médiatique de l'utilisation de l'intelligence artificielle par la Chine pour suivre des individus et son système de pointage de crédit social.

«Nous pensons que cela pourrait également arriver à Hong Kong», a-t-elle déclaré.

Le cœur des manifestations porte sur la conviction que Pékin - qui a repris le contrôle de l'ancienne colonie britannique il y a plus de 20 ans - prive de plus en plus Hong Kong de ses libertés et de son autonomie chères.

Mais les efforts de masquage d'identité des manifestants reflètent également des soupçons profonds selon lesquels les lignes entre la Chine et Hong Kong n'existent plus - y compris une coopération étroite entre la police de Hong Kong et ses homologues du continent qui disposent des systèmes de surveillance les plus avancés et les plus intrusifs.

«C'est la raison fondamentale pour laquelle les gens protestent en premier lieu», a déclaré Antony Dapiran, qui a écrit un livre sur la culture protestataire à Hong Kong. «Ils ne font pas confiance à Pékin, ils ne font pas confiance à leurs autorités et au système juridique, et ils n'aiment pas le brouillage des frontières entre Pékin et Hong Kong.»

Pour beaucoup de personnes qui étaient descendues dans la rue au cours de la semaine dernière, le combat était un combat familier.

En 2014, les manifestants ont occupé les principales artères de Hong Kong pendant 79 jours pour réclamer le suffrage universel complet sur le territoire. Des leaders étudiants et des militants éminents ont rassemblé leur soutien nuit après nuit dans des mini-villes qui avaient été installées sur les artères de Hong Kong, jusqu'à ce qu'elles soient finalement évacuées par la police.

Aujourd'hui, tous les dirigeants les plus éminents de ce mouvement - Joshua Wong, adolescent seulement au moment des manifestations, le juriste Benny Tai et Chan Kin-man, professeur de sociologie - sont en prison.

Les masses rassemblées autour des bâtiments du gouvernement cette semaine étaient sans leaders clairs. Les manifestants ont échangé des conseils de protestation et des mesures de sécurité avec des personnes qu'ils avaient rencontrées quelques heures auparavant afin d'éviter un destin similaire. Les rencontres étaient principalement organisées sur Telegram, qui est devenue l'application la plus en vogue sur l'iPhone App Store à Hong Kong dans les jours qui ont précédé la manifestation.

«Des informations sur la sécurité personnelle ont été transmises sur les chaînes Telegram et les discussions de groupe», a déclaré Caden, un étudiant de 21 ans de Hong Kong dans l'Indiana qui est rentré tôt chez lui pour participer. Quand il parmi les 1 million estimés marchait le 7 juin pour commencer le mouvement de protestation.

Sur les groupes de groupe, Caden a reçu une avalanche de conseils, notamment de changer votre nom d'utilisateur sur Telegram afin que cela ne ressemble pas à votre nom actuel, de changer votre numéro de téléphone associé à l'application et d'utiliser des cartes SIM sans contrat.

«Nous sommes bien plus prudents aujourd'hui qu'en 2014. À l'époque, il était encore assez rare pour la police d'arrêter des personnes via les médias sociaux», a déclaré Caden, refusant de donner son nom complet par peur de représailles. «Tout cela est définitivement nouveau pour la plupart des gens là-bas.»

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

1 Commentaire
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Elle

Eh bien, ferme ma bouche! Je suis agapè. Il semble que les enfants se réveillent à Hong Kong. WOOHOO! Voyons maintenant ce type d'intelligence éveillée pénétrer les Amériques. Commencez par vous débarrasser de ces stupides applications et téléphones de médias sociaux qui vous identifient et vous suivent. Arrêtez votre dépendance d'entreprise. Vous alliez bien avant eux et vous irez bien après qu'ils soient partis depuis longtemps. Il en faut beaucoup pour réveiller les dormeurs aux faits qui les encerclent continuellement. Aucun article de presse, aucune reconnaissance corporative, aucune documentation, aucune force intellectuelle ne peut pénétrer leur état conditionné. Apparemment, ils doivent ressentir la douleur. Bien,... Lire la suite »