La technocratie de l'Union européenne prend le dessus sur les États membres qui disent qu'elle est «condamnée»

S'il vous plaît partager cette histoire!

Note de TN: L'UE est complètement intégrée à la technocratie en ce qu'elle est entièrement dirigée par des technocrates non élus et non responsables. Les États membres en ont assez de cet arrangement et considèrent l'UE comme sur ses dernières jambes. Le résultat sera intéressant à regarder, car si l'UE s'effondre, ce sera un coup dur pour les technocrates du monde entier que leurs plans farfelus ne soient pas acceptables.

L’optimisme quant à l’avenir de l’UE a chuté dans tous les États membres de 28 à l’exception de trois, notamment aux Pays-Bas et en Allemagne, où la population est désormais extrêmement négative à l’égard des perspectives de l’union.

Selon les derniers chiffres de l'enquête Eurobaromètre réalisée par l'UE, l'optimisme est le plus faible en Grèce, où seulement X% des entreprises sont optimistes quant à l'avenir de l'UE, contre X% des pessimistes.

À Chypre, moins de quatre sur 10 - 37 pour cent - sont optimistes quant aux perspectives de l’UE, par rapport à 58 pour cent qui sont négatifs.

En Autriche, 37% sont optimistes, comparés à 56% pessimistes.

Au Royaume-Uni, les chiffres sont optimistes pour 46 et pessimistes pour 44.

L’Allemagne a connu la plus forte baisse du nombre de personnes optimistes quant à l’avenir, avec une baisse de 14% depuis le printemps dernier.

À l’inverse, l’optimisme est le plus élevé en Irlande et dans les pays d’Europe orientale: 73 pour cent en Roumanie et 70 en Pologne se déclarant optimistes quant à l’avenir de l’UE.

L’enquête biannuelle menée par la Commission européenne mesure l’opinion publique dans tous les États membres.

Cette opération a eu lieu entre novembre 7 et 17 l'année dernière, lorsque la crise des réfugiés s'aggravait.

La migration est considérée comme la question la plus fondamentale à laquelle l'UE doit faire face.

Il est mentionné par 58 pour cent des personnes interrogées - une augmentation de 20 pour cent depuis le printemps 2015.

La majorité de la population dans 25 des États membres de 28 a un sentiment négatif à propos de l'immigration de personnes extérieures à l'UE.

Environ neuf Européens sur 10 ont déclaré que des mesures supplémentaires devraient être prises pour lutter contre l'immigration clandestine.

Hier soir, Arron Banks, fondateur de Leave.EU, a déclaré: «Il n’est pas surprenant que le reste de l’Europe se soit enfin rendu compte que l’UE était un projet qui avait échoué. Il est maintenant évident que le mécontentement eurosceptique monte sur tout le continent.

"Comme d'habitude, la Grande-Bretagne montre la voie et prend des mesures décisives en organisant un référendum qui nous libérera de cette institution bureaucratique dominante, archaïque, coûteuse".

Les Pays-Bas cherchent à suivre les traces de la Grande-Bretagne en organisant son propre référendum.

Un sondage d'opinion néerlandais la semaine dernière a révélé que 53% souhaitaient un vote in-out, 44 s'y opposant et le reste incertain.

Le sondeur Maurice de Hond a également demandé aux gens comment ils voteraient par référendum.

Ses résultats montrent que les groupes restants et sortants sont très proches, X% pour cent déclarant qu’ils voteraient pour rester, par rapport à 44 pour voter.

Les États membres ont également le sentiment que l’image de l’UE pâtit de la lutte que le syndicat mène pour survivre.

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

3 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
edward

Mon Dieu, comment vous vous êtes totalement trompé sur les pensées et les points de vue des Britanniques sur la sortie de l'UE ou pour le dire franchement, «Sortir l'enfer de Dodge». Les Britanniques, si leur référendum est juste (des doutes) partiraient demain.

Emil Franzi

Intéressant - heureux que vous y soyez.

GordonNeria

dj stocks - Indice boursier en ligne, réserve d'harmonie.