La guerre en Ukraine continue la crise de la chaîne d'approvisionnement après la pandémie

S'il vous plaît partager cette histoire!
La destruction de la chaîne d'approvisionnement mondiale se poursuit sans relâche. C'est essentiel pour réduire l'économie mondiale en cendres avant de "reconstruire en mieux" après la Grande Réinitialisation. Le nouvel ordre mondial du WEF aura une chaîne d'approvisionnement radicalement repensée ainsi qu'un système monétaire repensé ; tout sera numérique et basé sur la blockchain. ⁃ Éditeur TN

Résumé

La guerre en Ukraine a déclenché une nouvelle crise de la chaîne d'approvisionnement, tout comme les perturbations liées à la pandémie avaient commencé à s'atténuer.

  • L'Europe dépend de la Russie, de l'Ukraine et de la Biélorussie pour ses importations d'énergie, mais aussi pour certains produits chimiques, les oléagineux, le fer et l'acier, les engrais, le bois, le palladium et le nickel, entre autres.
  • Surtout la dépendance énergétique est une vulnérabilité, maintenant que la Russie exige des paiements en roubles pour ses exportations. Il est peu probable que l'Europe soit en mesure de remplacer entièrement le gaz russe à court terme, alors que la plupart du pétrole et des combustibles fossiles solides russes pourraient être remplacés.
  • Outre les biens énergétiques, la perturbation de l'approvisionnement en fonte brute et plusieurs autres produits sidérurgiques, le nickel et le palladium auront probablement le plus grand impact sur l'industrie de l'UE.
  • Les chaînes d'approvisionnement de l'UE pourraient également être faussées par des perturbations de la production liées à la guerre dans les pays tiers. L'UE pourrait avoir des difficultés à importer, par exemple, des circuits électroniques de pays tiers, car ceux-ci nécessitent des intrants tels que le nickel et le gaz néon provenant de la zone de guerre.
  • L'Allemagne et l'Italie sont relativement vulnérables à la crise en raison de leurs secteurs industriels relativement importants, de leur forte dépendance à l'énergie russe et, dans le cas de l'Italie, de la forte dépendance de la Russie et de l'Ukraine pour certaines importations de fer et d'acier et de gaz dans son mix énergétique total

Retiendrons-nous jamais notre souffle ?

Alors que les problèmes de chaîne d'approvisionnement causés par la pandémie commençaient à s'atténuer (figure 1), la prochaine crise s'est présentée. La guerre en Ukraine montre clairement que de grandes parties du monde dépendent de la Russie, de l'Ukraine et de la Biélorussie pour les besoins de base tels que la nourriture, l'énergie et d'autres produits de base.

Le commerce avec la Russie, la Biélorussie et l'Ukraine (appelées zone de guerre dans le reste de cet article) s'est presque arrêté en raison d'un large éventail de sanctions, d'auto-sanctions (principalement par des entreprises occidentales) et d'une production et d'un transport fortement perturbés. en Ukraine. Bien que la part globale du commerce mondial soit limitée pour ces pays, les perturbations commerciales peuvent avoir des implications importantes tant pour des entreprises et des industries spécifiques que pour des économies entières. Les perturbations (réelles et redoutées) des importations en provenance de la zone de guerre nuiront davantage à l'UE que moins d'exportations vers la zone de guerre. Non seulement parce que la zone de guerre représente une part plus importante des importations de l'UE que des exportations (graphique 2), mais surtout parce qu'une baisse des importations de matières premières et de produits intermédiaires peut avoir des répercussions sur de multiples processus de production dans l'UE.

In Partie I de cette note de recherche, nous nous concentrerons sur la dépendance directe et indirecte de l'UE vis-à-vis des produits de base non alimentaires et des biens importés de la zone de guerre. Nous évaluerons quels sous-secteurs de l'industrie de l'UE sont les plus vulnérables aux perturbations causées par la guerre. Dans Partie II nous comparons la vulnérabilité des plus grands pays de la zone euro.

La résurgence des perturbations de la chaîne d'approvisionnement

En plus du pétrole et du gaz, la Russie, la Biélorussie et l'Ukraine sont des producteurs d'un certain nombre de matières premières essentielles qui sont utilisées dans les articles de tous les jours ou dans leur production, comme la fonte brute, le palladium et le néon. A côté des matières premières, certaines industries dépendent également de ces pays pour les produits intermédiaires. Un exemple frappant est la dépendance de plusieurs usines automobiles allemandes vis-à-vis de certaines pièces automobiles produites en Ukraine. Cela a déjà conduit à la fermeture de plusieurs usines automobiles allemandes.

Nous pouvons diviser les effets sur les chaînes d'approvisionnement en effets de premier ordre et de second ordre. Les effets de premier ordre sont causés par une réduction des échanges directs entre la zone de guerre et l'Union européenne. Il existe deux types d'effets de second ordre. Le premier est la diminution des échanges entre la zone de guerre et les pays tiers, qui se traduit par une diminution de l'offre de produits à l'UE en provenance de ces pays tiers. La seconde est une production moindre de biens intermédiaires dans l'UE en raison de la hausse des prix de l'énergie - voire des pénuries - à la suite de la guerre et, par conséquent, une production moindre de biens en aval pour lesquels ces intermédiaires servent d'intrants (graphique 3).

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l’auteur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

1 Commentaire
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Anne

Il ne suffit pas que Klaus Schwab et son type désirent que les gens meurent de faim, soient sans abri et vivent dans la pauvreté. On s'attend à ce que nous renoncions à notre humanité et à notre salut en devenant des transhumains, ainsi qu'à notre bonne santé.