Propagande de l'ONU : l'alarmisme et la fausse panique cesseront-ils jamais ?

S'il vous plaît partager cette histoire!
En se souvenant que la propagande est destinée à tromper, nous pouvons voir que les Nations Unies ne favorisent que le développement durable, alias la technocratie. Le réchauffement climatique n'est pas entre les mains de l'humanité pour provoquer ou changer, mais il est déclaré être une émergence planétaire aux proportions existentielles. ⁃ Éditeur TN

Discours liminaire EVP Timmermans pour le Sommet mondial sur le développement durable

Merci de m'avoir invité à vous parler aujourd'hui du multilatéralisme et de notre route vers la COP27 à Charm el-Cheikh.

À la fin de cette année, le monde se rassemblera à nouveau en réponse à une crise qui menace notre existence même. La crise climatique fait déjà des ravages dans chacun de nos pays.

Nous pouvons y faire face, mais seulement si nous travaillons tous ensemble en étroite collaboration. Parce qu'une urgence planétaire nécessite une réponse mondiale.

Il y a quelques mois à peine, toutes les nations ont convenu de maintenir l'augmentation de la température à 1.5 degré et nous avons conclu les règles qui nous permettent de mettre en œuvre l'accord de Paris. À bien des égards, la COP26 a été le moment où le monde a commencé à passer de l'ambition à l'action.

Nous y sommes parvenus grâce au multilatéralisme, grâce à l'engagement obstiné de près de 200 pays qui ont travaillé dur pour trouver un accord. Et nous l'avons trouvé.

Nous sommes arrivés à un ordre du jour qui m'a donné de l'espoir. J'espère que je pourrai dire à mes enfants, à mon petit-fils et bientôt à ma petite-fille : "nous le faisons, pour vous, et nous pouvons réellement y parvenir".

Je pense que Glasgow a également prouvé que le système multilatéral fonctionne. Que c'est le moyen de construire des partenariats plus solides, plus diversifiés et plus inclusifs. La manière d'apporter une réponse commune aux défis d'aujourd'hui et à ceux de demain.

Cela ne veut pas dire que le système multilatéral fonctionne parfaitement. Nous savons tous qu'il existe des domaines dans lesquels le système n'est pas ou plus « adapté à son objectif ».

C'est pourquoi l'Union européenne continue de soutenir les efforts de réforme. Nous favoriserons la modernisation de l'Organisation mondiale de la santé et de l'Organisation mondiale du commerce et d'autres institutions clés. Nous ferons également pression pour le développement de nouvelles normes mondiales et de plateformes de coopération sur la fiscalité, l'économie circulaire, l'intelligence artificielle.

En repensant à la COP26, je pense que ce fut un franc succès pour la communauté mondiale. Nous avons convenu de mettre fin aux subventions au charbon et aux combustibles fossiles, nous avons mis en place des règles claires pour un reporting transparent des émissions et des marchés du carbone. et nous nous sommes engagés à intensifier nos travaux sur l'adaptation et le financement de l'adaptation.

Les pays développés n'ont pas réussi à mobiliser les 100 milliards de dollars de financement climatique qui avaient été engagés. Nous sommes cependant sur la bonne voie pour atteindre cet objectif d'ici l'année prochaine et je veux travailler pour l'atteindre cette année. L'UE a été un donateur constant et nous continuerons à discuter avec d'autres donateurs pour atteindre ce chiffre dès que possible.

Enfin, et peut-être le plus important, la COP26 nous a donné une chance de maintenir le réchauffement climatique bien en dessous de 2°C. Et, si toutes les promesses sont pleinement mises en œuvre, la trajectoire pourrait même nous amener à 1.8°C.

Mais 1.8°C n'est pas 1.5°C. Il reste encore beaucoup de travail à faire pour tenir l'engagement que nous avons pris à Glasgow : nous devons viser plus haut. Notre tâche est donc de continuer à travailler ensemble pour mettre en œuvre des politiques nationales concrètes et de veiller à ce que chaque partie soumette une NDC conforme à l'objectif de 1.5 °C.

Je pense qu'à bien des égards, l'Inde a également été un acteur clé de la COP26. L'annonce par le Premier ministre Modi d'un objectif net zéro pour 2070 a été très positive et très bienvenue. Cet objectif contribuera à piloter la propre transition verte de l'Inde, et dans le cadre de la COP26, c'est cette annonce qui a permis de mettre à portée de main les objectifs de température de l'Accord de Paris.

L'Inde a toujours suivi les babines et nous attendons donc avec impatience les futurs plans de votre transition verte. La soumission d'une contribution déterminée au niveau national mise à jour et d'une stratégie à long terme permettrait à l'Inde de jouer un rôle de premier plan dans la mise en œuvre de l'accord de Glasgow et de faire de votre pays un exemple mondial. Sur plusieurs domaines, l'Inde est déjà là. L'engagement d'installer 500 GW d'énergie renouvelable d'ici 2030 est un excellent exemple du leadership mondial de l'Inde.

L'Union européenne et l'Inde travaillent déjà ensemble pour la transition verte et nous sommes impatients de poursuivre et d'étendre ce travail. L'Alliance solaire internationale et la Coalition for Disaster Resilient Infrastructure sont deux excellents exemples de notre coopération jusqu'à présent.

Au cours des prochains mois, j'espère également poursuivre la discussion entamée lors de la COP26 sur la sortie du charbon et assurer une transition juste. Nous sommes également impatients d'étendre notre coopération sur l'hydrogène vert, notamment en organisant un premier forum UE-Inde sur l'hydrogène.

Au sein de l'UE, en 2022, une action climatique ambitieuse continuera de figurer en tête de notre agenda politique. Nous travaillons actuellement avec nos États membres et le Parlement européen pour négocier la nouvelle législation visant à réduire les émissions d'au moins 55 % d'ici 2030 par rapport à 1990. Dans cette lutte mondiale, l'UE s'est engagée à faire sa part et à livrer au chez nous ce que nous avions convenu à Paris et à Glasgow.

Dans la perspective de la COP27, l'UE poursuivra son action bilatérale ou par l'intermédiaire du G7, du G20, du MOCA et de la High Ambition Coalition. Je voyagerai à nouveau et écouterai les préoccupations et les défis de nos partenaires et discuterai des opportunités pour une transition juste. Mieux nous connaîtrons et comprendrons la situation de chacun, meilleure sera notre réponse et plus il sera facile d'assurer les bons flux de soutien, qu'il s'agisse de financement climatique, de technologie ou de savoir-faire.

Avant de conclure, permettez-moi d'aborder brièvement une autre COP qui aura également lieu cette année. Car il y a une autre crise pour laquelle le monde va se rassembler pour trouver une réponse commune. C'est la crise de la biodiversité.

La crise de la biodiversité et la crise climatique sont étroitement liées et l'humanité saisit lentement mais sûrement l'ampleur de ces crises. La bonne nouvelle est que nos réponses à la crise climatique, que ce soit en atténuation ou en adaptation, peuvent aussi contribuer à restaurer la biodiversité.

Lorsque nous protégeons et restaurons les zones humides, les tourbières, les écosystèmes côtiers et marins, lorsque nous développons des espaces verts urbains et installons des toits verts, lorsque nous gérons les forêts et les terres agricoles de manière durable, nous nous adaptons au changement climatique mais nous assurons également une eau propre, des sols sains , et de l'espace pour que la nature puisse s'épanouir.

C'est pourquoi l'accord de Glasgow sur le climat souligne également l'importance des solutions fondées sur la nature.

Lors de la COP15, l'Union européenne fera pression pour protéger 30 % de toutes les terres et 30 % de toutes les mers d'ici 2030. La nature est notre plus grand allié dans la lutte contre la crise climatique, et au lieu de lui faire payer le prix de notre pollution, nous besoin de protéger la nature pour qu'elle puisse nous protéger.

Permettez-moi de conclure ici et merci beaucoup pour votre attention. Rappelons tous que la lutte contre les crises climatique et de la biodiversité est un combat pour notre avenir commun. Dans ce combat, l'UE et l'Inde seront des partenaires proches, j'en suis sûr. Alors continuons notre travail, et continuons à nous rappeler pourquoi nous le faisons : pour que nos enfants et petits-enfants puissent encore vivre heureux et en bonne santé sur cette planète que nous partageons.

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l’auteur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

6 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
James Covey

2022-02-24 Tony Heller - Haine numérique, déni climatique et retard La Maison Blanche ment sur ses preuves du changement climatique. Ils mentent sur leur capacité à contrôler le CO2 atmosphérique. Et ils mentent également sur ce que serait le climat s'ils pouvaient contrôler le CO2. https://newtube.app/TonyHeller/D6D1PTX (vidéo de 9 minutes)

Elle

Peu importe! Le climat n'est pas le problème. VOUS ÊTES.

Smedley Butler

Rasez les enfants ! C'est un culte des emplois de noix. 100 MILLIARDS DE DOLLARS maintenant ou nous allons augmenter la température de 0.2 degré pour toi… haha… net-zéro d'ici 2070 ??? N'achetez JAMAIS ce qu'ils vendent.

juste dire

La fausse panique ne s'arrêtera jamais ! La peur nourrit les masses et les gens l'aiment tellement. ….”Mais ceux qui s'attendent au Seigneur renouvelleront leur force; ils monteront avec des ailes comme des aigles; ils courront et ne se fatigueront pas; et ils marcheront et ne s'évanouiront pas. Esaïe 40:31

crème pakistanaise

Bon article. C'est impressionnant que tu aies travaillé avec le regretté Antony C. Sutton. Dans ce contexte, cela signifierait que Vladimir Poutine est un faux ennemi des États-Unis.

trackback

[…] Propagande de l'ONU : L'alarmisme et la fausse panique cesseront-ils jamais ? […]