La Commission mondiale sur le commerce et le développement durable place les entreprises au centre

S'il vous plaît partager cette histoire!

Note TN: Aucun temps n'est perdu pour rallier le soutien mondial au développement durable et aux objectifs de l'Agenda 2030 fixés par l'ONU en octobre dernier. Notez le dernier paragraphe qui stipule "La Commission reçoit un soutien financier de la Fondation Rockefeller, de la Fondation Bill et Melinda Gates… »  Les Rockefeller et autres vont créer le nid de leur création, à savoir la technocratie.

La Commission des dirigeants d'entreprises, des syndicats et de la société civile, créée par le PDG d'Unilever, Paul Polman, et l'ancien Secrétaire général adjoint des Nations Unies, Mark Malloch-Brown, soulignera les énormes récompenses offertes aux entreprises qui prennent l'initiative dans la réduction de la pauvreté et le développement durable. Les entreprises qui se joignent aux efforts mondiaux pour mettre fin à l'extrême pauvreté et protéger les ressources naturelles limitées de la planète peuvent retirer de grands bénéfices et protéger leurs performances à long terme. Cette proposition sera testée par une nouvelle commission lancée aujourd'hui au Forum économique mondial.

Créée par l'ancien secrétaire général adjoint des Nations Unies, Mark Malloch-Brown, et le directeur général d'Unilever, Paul Polman, la Commission mondiale sur le développement durable et le monde des affaires travaillera au cours de la prochaine année pour exposer et quantifier les arguments économiques impérieux pour que les entreprises s'engagent dans la réalisation du développement durable Objectifs (ODD), notamment:

  • Des retombées économiques importantes - via de nouveaux marchés, des opportunités d'investissement et des innovations - si le monde s'attaque à des défis tels que la pauvreté, les inégalités et le stress environnemental
  • Risques pour la performance et la stabilité des entreprises, et fragmentation accrue, concurrence sur les ressources et fragilité, si le monde ne les gère pas
  • La nécessité de travailler avec les gouvernements, les organisations internationales et la société civile afin de bâtir un avenir où les entreprises pourront performer - avec une croissance inclusive et durable et une création d'emplois généralisée
  • La Commission mondiale réunit des dirigeants internationaux du monde des affaires, des syndicats, des institutions financières et de la société civile. Ils présenteront un rapport complet dans un an, décrivant les nouveaux modèles commerciaux et financiers, ainsi que les opportunités de marché pour les entreprises qui investissent dans des approches durables.

Depuis 2000, le monde a connu une pauvreté extrême de plus de moitié. Les entreprises - qui fournissent 60% du PIB, 80% des flux de capitaux entrants et 90% des emplois dans les pays en développement - ont joué un rôle central dans cette réussite, mais peuvent jouer un rôle plus important et plus constructif dans la réalisation des opportunités de croissance et de développement.

«Un prix énorme attend les entreprises s'il inaugure avec succès une ère de prospérité partagée et de durabilité accrue», a déclaré le co-président de la Commission, Mark Malloch-Brown. «Les gouvernements et les organisations internationales ne peuvent à eux seuls construire l'avenir dont nous avons besoin. Les affaires sont la clé pour accélérer la transition. "

«Il n'y a pas de rentabilité pour la pauvreté persistante. Nous avons l’occasion de débloquer des milliards de dollars par le biais de nouveaux marchés, d’investissements et d’innovations - mais pour ce faire, nous devons remettre en question nos pratiques actuelles et lutter contre la pauvreté, les inégalités et les défis environnementaux. Si nous atteignons les objectifs de développement durable, chaque entreprise tirera parti d'un monde plus équitable et plus résilient », a déclaré Paul Polman, PDG de Unilever.

«Il y a de bonnes raisons de penser que de vastes incitations économiques existent pour que les choses changent comme avant», a déclaré Sharan Burrow, secrétaire générale de la Confédération syndicale internationale. «Les entreprises peuvent créer les emplois rémunérés équitablement pour propulser le développement de la société sans laisser personne pour compte. L'innovation dans les entreprises peut apporter les avancées technologiques nécessaires pour parvenir à une économie efficace et sans émissions nettes. Et les entreprises et la société pourraient gagner, si davantage d'entreprises reconnaissaient cela et agissaient en conséquence. "

Membres de la commission:

Outre les cofondateurs Mark Malloch-Brown et Paul Polman, les membres de la Commission comprennent: Laura Alfaro, professeur à la Harvard Business School, Peter Bakker, président du Conseil mondial des entreprises pour le développement durable (WBCSD); Sharan Burrow, secrétaire générale de la Confédération syndicale internationale (CSI); Bob Collymore, PDG de Safaricom; John Danilovich, secrétaire général de la Chambre de commerce internationale (CCI); Hendrik du Toit, PDG d'Investec Asset Management; John Fallon, PDG de Pearson PLC; Ken Frazier, PDG de Merck & Co .; Mo Ibrahim, fondateur de Celtel et de la Fondation Mo Ibrahim; Donald Kaberuka, président, Banque africaine de développement; Sam Mostyn, président du Conseil australien pour le développement international (ACFID); Roberto Oliveira de Lima, PDG de Natura; Dr. Amy Jadesimi, Directrice générale et PDG de Lagos Deep Offshore Logistics Base (LADOL); Lise Kingo, directrice exécutive du Pacte mondial des Nations Unies; Arif Naqvi, fondateur et directeur général du Groupe Abraaj; Vineet Rai, co-fondateur et président, Intellecap et Gavin Wilson, PDG d'IFC Asset Management Company LLC.

Mark Malloch-Brown assumera les fonctions de coprésident de la Commission, tandis que Jeremy Oppenheim, qui a dirigé l'élaboration du rapport influent sur la nouvelle économie climatique, assumera les fonctions de directeur du programme.

La Commission mondiale a été créée pour faire cinq choses:

  • Premièrement, décoder les objectifs de développement durable et montrer pourquoi il est logique que les entreprises s’engagent dans le développement durable à un niveau beaucoup plus stratégique qu’il ne l’a jamais été.
  • Deuxièmement, montrer comment les nouveaux modèles commerciaux peuvent aligner la rentabilité sur les objectifs sociaux.
  • Troisièmement, déterminer comment les nouveaux outils financiers peuvent attirer le capital privé et aligner les rendements économiques et sociaux.
  • Quatrièmement, montrer comment les entreprises, les gouvernements et la société peuvent collaborer efficacement pour créer les partenariats nécessaires à la réalisation des objectifs de développement durable.
  • Cinquièmement, quantifier les gains d’efficacité dans la réalisation du développement durable si les activités sont pleinement alignées sur les ODD.

La Commission mènera des recherches fondamentales et engagera un dialogue factuel avec un large éventail de parties prenantes clés, notamment des chefs d'entreprise, des investisseurs, des représentants de la société civile, des entrepreneurs sociaux et des experts universitaires.

L'initiative vise à explorer les modèles économiques perturbateurs actuels et futurs, en comprenant ce qu'ils signifient pour le développement durable; et pour définir de nouveaux mécanismes de financement dont le monde aura besoin pour atteindre les ODD. Il étudiera les changements dans les opérations principales et les comportements qui vont bien au-delà des stratégies traditionnelles de responsabilité sociale des entreprises et des partenariats volontaires.

La Fondation des Nations Unies, le Conseil mondial des entreprises pour le développement durable, l'Overseas Development Institute et The B Team soutiennent les efforts visant à mobiliser le monde des affaires et la prochaine génération d'entrepreneurs afin de favoriser la réalisation des objectifs mondiaux fixés par 2030.

La Commission reçoit une aide financière de la Fondation Rockefeller, de la Fondation Bill et Melinda Gateset les gouvernements de l’Australie, du Danemark, des Pays-Bas, de la Suède et du Royaume-Uni. [italique ajouté par TN]

Lire le communiqué de presse complet ici…

S'abonner
Notifier de
invité

1 Commentaire
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
DennisA

Malloch-Brown est un membre du personnel de Soros et coprésident du Crisis Group, dont Soros est membre du conseil d'administration. http://www.crisisgroup.org/en/about/board.aspx

Zbigniew Brzezinski figure sur la liste des conseillers principaux avec de nombreux autres notables.

Malloch-Brown était auparavant ministre d'État au Foreign Office britannique et membre du cabinet de Gordon Brown. Auparavant, il était secrétaire général adjoint et chef du personnel de l'ONU auprès de Kofi Annan et a été pendant six ans administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

En avril, 2007 est devenu vice-président du hedge fund de Soros, le Quantum Fund et de son Open Society Institute (OSI).