Dieu ou l'homme en tant qu'arbitre final de la loi morale

S'il vous plaît partager cette histoire!

J'ai suivi un certain nombre de problèmes de neurosciences concernant l'éthique et la moralité pendant des années, mais les observations du Dr Miguel Faria dans son article, "La voie qui mène à la neuroéthique: une voie menant à la bioéthique ou à l'éthique médicale en neurosciences», Paru dans le numéro d'août 2014 de Surgical Neurology international, m'a aidé à comprendre les subtilités de ces problèmes.

Comme le docteur Faria le sait bien, les grands esprits du monde, passés et présents, ont compris que la moralité reposait sur une vision du monde qui reconnaissait Dieu comme le dernier et unique arbitre de la loi morale (loi naturelle), qui transcende l'homme. Comme le montre Faria, une moralité fondée sur des principes laïques crée un enfer sur terre.

Le neuroscientifique Sam Harris (photo, à gauche), auteur de Le paysage moral, mène actuellement une croisade pour établir que nous pouvons tirer des lois morales de notre propre raison sur la base de la compréhension scientifique pure - en particulier des neurosciences. Dans son livre, Harris explique que les neuroscientifiques avaient auparavant évité le sujet de la moralité et des fonctions cérébrales - en d'autres termes, le domaine des neurosciences avait peu à dire sur les fonctions supérieures de la fonction sociale humaine, telles que la loi morale. Mais, il insiste sur le fait que les neurosciences peuvent nous aider à développer une loi morale grâce à notre compréhension du fonctionnement du cerveau. Que notre technologie nous permette maintenant de savoir pourquoi l’homme se comporte d’une certaine manière et de mieux se développer, en utilisant la méthode scientifique, non seulement les règles du comportement social, mais aussi de redéfinir l’homme selon le diktat des élites des neurosciences.

De plus, Harris, en tant que toxicomane lui-même (ecstasy) et adepte du mysticisme oriental, affirme que nous pouvons atteindre la connaissance morale et la compréhension grâce à l’utilisation de drogues psychotropes et de techniques de méditation spéciales. Ses études en neuroscience sont centrées sur l'utilisation d'IRM fonctionnelles pour étudier la croyance, l'incrédulité et l'incertitude dans le cerveau vivant observé. Il utilise ces études pour étayer son argument en faveur de son «nouvel athéisme». Ces techniques sont connues pour être hautement spéculatives et empreintes de préjugés personnels.

Bien entendu, l’idée d’une détermination laïque de la moralité va dans le sens des écrits et de la pensée de Pierre Teilhard de Chardin et de sa conception de l’homme évoluant scientifiquement vers un point Oméga dans lequel l’homme (certaines élites) devient un co-créateur et le sien propre. Dieu. Bien sûr, Chardin a emprunté ou volé cette idée à beaucoup d'autres, tels que Feuerbach, Helveticus, Hobbes et Darwin. C'est aussi la base de tout collectivisme de gauche. Dans un tel système, les élites doivent décider, en se basant sur une combinaison de science, de métaphysique et de fantaisie personnelle, de la manière dont la société doit être conçue et contrôlée. La nature essentielle d'un tel système collectiviste est la réglementation de tous les membres de la société sous la tutelle des élites.

La pensée critique, qui était la pièce maîtresse de notre système éducatif à l'époque coloniale et au début de la période de fondation de ce pays et dans les régions les plus instruites du monde, est maintenant pratiquement absente. Nous avons été regroupés en groupes fonctionnels (collectifs) qui ne cherchent qu'à satisfaire les instructeurs ou, dans le cas de la profession médicale, les élites. Penser de manière critique, logique et rationnelle, c'est être traité comme un ennemi du bien social ou comme le disent les communistes, un ennemi du peuple.

La réglementation détruit non seulement la créativité, mais également la liberté, qui, comme l'a dit Thomas Jefferson, requiert notre vigilance éternelle. La vigilance nécessite une pensée critique et la pensée critique nécessite un accès à la vérité. Dans le monde d'aujourd'hui, la «vérité» appartient à l'État et est créée par l'État. Les médias sont le canal de transmission qui transmet cette «vérité» conçue au citoyen. Richard M. Weaver, historien, philosophe et auteur de Les idées ont des conséquences, appelé ce contrôle de ce que nous avons le droit de voir et d’entendre «le grand stéréopticon». Comment peut-on avoir une compréhension réaliste du monde alors que ses idées sont fondées sur l’illusion et le mensonge?

La réglementation est nécessaire pour l’État collectiviste pour étouffer la pensée critique - en substance, les élites nous disent qu’il n’est pas nécessaire que nous réfléchissions de façon critique car elles ont déjà accompli cette tâche, l’ont emballée et nous présentent maintenant les résultats. de leur éclat.

Ce qu'il est essentiel de comprendre, c'est que les collectivistes n'aiment pas les concurrents intellectuels et que le penseur individuel, chercheur de la vérité réelle, représente toujours un danger pour la pensée collectivisée et empaquetée. Les médias jouent un rôle critique dans ce processus en tant qu'interprètes de la pensée des élites - les Rockefeller, les Brzezinskis et les Soros du monde. Ce sont les experts des médias qui traduisent ces idées en slogans de politiquement corrects et autres neutres collectivistes. Au cours des cinquante dernières années, une partie importante du public américain a été tellement stupéfaite par ses institutions éducatives, ses émissions de télévision et d’autres formes de divertissement qu’elle est incapable de générer assez d’énergie mentale et de focaliser pour voir ce qui lui est fait, et que l'essentiel de ce qui vient des réseaux d'informations télévisées est de la pure propagande et des techniques de contrôle de l'esprit soigneusement élaborées.

Quand j'enseignais aux étudiants en biologie d'une université locale, le professeur m'a pris à part avant la conférence et a murmuré: «Vous devez comprendre que ces étudiants ne sont pas comme quand vous avez fréquenté l'université, ils sont beaucoup plus bas niveau. Vous devrez interrompre votre conférence. »Lorsque j'ai terminé ma conférence et écouté les questions et commentaires, j'ai été consterné. Plusieurs des majors de biologie étaient si peu éduqués que je ne pouvais pas imaginer qu'ils avaient obtenu leur diplôme de lycée beaucoup moins qu'ils étaient sur le point d'obtenir un diplôme universitaire.

Pourtant, cet assaut de la population a un but - il prépare les jeunes à la collectivisation - à devenir des automates. Ils ne posent pas de questions et acceptent tout ce qui leur est dit dans la mesure où cela provient de «sources officielles» - l'enseignant, le gouvernement et les médias. Une fois qu'ils sont à ce niveau, ils sont totalement réglementés.

Nos établissements médicaux acceptent une mesure complète de ce système de recrutement et il s’est maintenant étendu aux médecins et aux chirurgiens praticiens eux-mêmes. À mon époque, il y a une trentaine d'années, nous avons appelé ce «médicament du livre de cuisine», un anathème. Les médecins en exercice, dans l’esprit des élitistes collectivistes, ne devraient jouer aucun rôle dans le choix du traitement de leurs patients - ceci est laissé à l’élite, les concepteurs des soins médicaux. Bon nombre de mes collègues ont supposé que ces protocoles étaient raisonnables, car ils ont été conçus par des comités de grands spécialistes de la médecine. Ce qui est moins évident pour ceux qui appartiennent à l'élite inférieure est l'impact et l'influence des considérations politiques et de l'ingénierie sociale dans la conception de ces protocoles de traitement. Comme on le voit dans la loi sur les soins abordables (Obamacare), ces facteurs sont souvent prioritaires.

En conséquence, nous sommes trompés en acceptant les «panels de mort» comme une norme acceptée. On nous dit que seules certaines catégories de personnes méritent certains niveaux de soins médicaux et que l’une des considérations les plus importantes en tant que collectiviste est l’utilité sociale. L'utilité sociale est un concept qui implique que l'on doit justifier leur existence dans la société en se basant sur leur utilité. Les sacrifices préalables de l'individu (comme le service militaire), les richesses saisies par la force (impôts) et les facteurs purement humains doivent être ignorés en tant que sentimentalité inutile. L'État collectiviste ne s'intéresse qu'à ce qui est le mieux pour le collectif - l'ensemble de la société ou des segments de l'ensemble, mais jamais l'individu. Nous habillons cela dans un terme couramment utilisé - le plus grand bien.

Le plus grand ennemi de l’élite collectiviste est l’individu, surtout si celui-ci est un penseur critique. Le deuxième plus grand ennemi est la famille, une unité qui reste très personnelle et qui est souvent en contradiction avec l’état collectif. Ces deux entités - l'individu et la famille - ont fait l'objet d'attaques incessantes, en particulier au cours des dernières années 50.

Il est temps pour nous de nous réveiller et de commencer à penser de façon critique et surtout d'apprendre à vos enfants à penser de manière critique. L'accès à la vérité est un principe indissociable de la pensée critique - que nous devons rechercher avec détermination, avec une étude attentive et avec résolution.


 

Dr. Russell BlaylockLe Dr Russell L. Blaylock est prĂ©sident de Jackson, dans le Mississippi, responsable de la recherche avancĂ©e en concepts nutritionnels et en neurosciences thĂ©oriques. Il a Ă©crit de nombreux articles scientifiques d'avant-garde et de nombreux ouvrages, notamment Excitotoxines - Le goĂ»t qui tue (1994), Bioterrorisme: comment survivre (2001), Secrets de santĂ© et de nutrition (2002) et StratĂ©gies naturelles pour les patients cancĂ©reux (2003). Il est rĂ©dacteur en chef adjoint et Ă©diteur conseil en neurosciences fondamentales pour Neurologie chirurgicale internationale (SNI). Ses sites Web sont: www.blaylockwellnesscenter.com et www.russellblaylockmd.com.

S'abonner
Notifier de
invité

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires