Réchauffement climatique : l'ONU prétend « posséder la science » et s'associe à Google pour étouffer les sceptiques

S'il vous plaît partager cette histoire!
Les Nations Unies font de hautes déclarations sur le réchauffement climatique : "Nous possédons la science", disent-ils, et avons donc le droit de l'imposer au reste du monde tout en annulant toutes les opinions dissidentes. En fait, la science de l'ONU a été solidement réfutée et détruite à plusieurs reprises, mais les faits sont rejetés et ignorés. ⁃ Éditeur TN

Une représentante des Nations Unies a révélé que son organisation mondialiste s'était associée à Google pour donner la priorité aux messages soulignant la gravité de la crise climatique.

Melissa Fleming, sous-secrétaire aux communications mondiales de l'ONU, a déclaré lors d'un Forum économique mondial (WEF) le 29 septembre un événement l'ONU travaille avec Google pour "élever le contenu".

"Vous savez, nous avons établi un partenariat avec Google, par exemple, si vous recherchez Google sur le changement climatique, vous obtiendrez, en haut de votre recherche, toutes sortes de ressources de l'ONU", a déclaré Mme Fleming. "Nous avons commencé ce partenariat lorsque nous avons été choqués de voir que lorsque nous avons cherché sur Google le changement climatique, nous obtenions des informations incroyablement déformées tout en haut."

"Nous devenons donc beaucoup plus proactifs", a-t-elle poursuivi. "Vous savez, nous possédons la science et nous pensons que le monde devrait le savoir et les plateformes elles-mêmes le savent aussi."

"Mais encore une fois, c'est un énorme, énorme défi dans lequel je pense que tous les secteurs de la société doivent être très actifs", a-t-elle déclaré.

Fleming a déclaré que le problème de la désinformation « a explosé avec le COVID-19 » et a nécessité un effort concerté pour s'assurer que les bons messages passent.

Au fur et à mesure que les plateformes de médias sociaux devenaient plus dominantes, a-t-elle déclaré, il y avait «une prolifération de désinformation et de désinformation qui permettait de réaliser ce que nous essayions de réaliser – un monde meilleur et un monde plus inclusif, plus pacifique et harmonieux – il était ce qui rend les choses plus difficiles.

Pour régler la situation, il a fallu inverser «un changement algorithmique délibérément pris pour favoriser les individus par rapport aux institutions», qui avait désavantagé «les institutions qui sont là pour servir le public pour de bon».

Les utilisateurs des médias sociaux recherchent un environnement plus organisé où ils peuvent éviter d'être exposés aux mauvais messages, a-t-elle affirmé.

«Je pense qu'il y a certaines personnes qui se sont totalement perdues dans des terriers de lapin et qui, espérons-le, trouveront leur chemin à un moment donné. Mais je pense qu'il y a toutes sortes de personnes au milieu », a-t-elle déclaré.

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l'éditeur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

6 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Marie

Quelle bande d'odieux propagandistes que sont les WEF !

Corona Hotspot

Il est grand temps de se débarrasser de l'ONU.

Keith

Vous souvenez-vous de la fois où l'Église catholique a prétendu « posséder la science » et a torturé Galilée pour avoir prouvé que la Terre tournait autour du Soleil ? Maintenant, le culte mondialiste des technocrates fait la même chose.

Daryl

Ouais… belle histoire… des mêmes personnes qui vous ont apporté des vaccins covid.

Vous pensez vraiment que ces gens n'ont pas créé chaque seconde de « l'histoire » ?

Elle

L'histoire se répète.

[…] Réchauffement climatique : l'ONU prétend « s'approprier la science », s'associe à Google pour étouffer les sceptiques […]