La lutte contre la capacité de données nécessaire pour réaliser le nouvel agenda urbain

Habitat III
S'il vous plaît partager cette histoire!

La technocratie a longtemps déclaré que les données étaient le Saint Graal d'une mise en œuvre complète et qu'il n'y avait jamais assez de données. Ainsi, les systèmes de surveillance mis en place par les agences de renseignement nationales sont tous conçus pour fournir des données aux technocrates afin de faire fonctionner la technocratie.  Éditeur TN

Pour les habitants des favelas de Rio de Janiero, avoir accès à de l'eau potable est un défi. Les rivières et les ruisseaux sont contaminés par les eaux usées et, dans de nombreux endroits, les ordures ménagères ne sont pas collectées à cause de la disposition des rues, explique Gilberto Vieira de Data Labe, un laboratoire de données basé dans la favela de Maré à Rio.

«Nous avons un problème ici au Brésil: les données officielles ne sont pas si réelles», déclare Vieira. Parfois, les personnes et les institutions qui assurent le suivi et la recherche ne peuvent pas accéder aux favelas, alors «nous pensons qu'ils ne connaissent pas nos problèmes, vraiment, à l'intérieur», dit-il.

En collaboration avec Casa Fluminense, un réseau d’activistes, de citoyens et de chercheurs travaillant à la promotion de l’égalité et du développement durable à Rio, Data Labe est sur le point de développer une plateforme en ligne qui permettra aux résidents des favelas de faire rapport sur les problèmes d’eau et d’assainissement.

Le projet a récemment obtenu un financement de démarrage de DataShift, une initiative visant à renforcer la capacité des organisations de la société civile à utiliser les données générées par les citoyens - une idée qui devient rapidement un outil essentiel pour suivre les progrès du développement.

Les partisans soulignent en particulier la nécessité d’efforts de supervision citoyenne autour de deux nouveaux accords mondiaux. Le premier est le Objectifs de développement durable (SDGs), le cadre entré en vigueur cette année et orientant les efforts mondiaux de lutte contre la pauvreté au cours des prochaines années 15. Les efforts à Rio, par exemple, pourraient être renforcés par SDG 6, qui vise à «assurer la disponibilité et la gestion durable de l'eau et de l'assainissement pour tous». Et la seconde est la New Urban Agenda, un accord conclu au mois dernier Habitat III conférence visant spécifiquement à aider à mettre en œuvre la SDGs dans les villes.

"Nous avons cet énorme, large SDG ordre du jour. La grande majorité des pays développés vont avoir du mal à le mesurer avec leurs systèmes et technologies statistiques très avancés, sans parler du reste du monde », a déclaré Jack Cornforth, coordinateur de DataShift. La plupart des pays en développement, a-t-il averti, "manquent toujours vraiment de capacités, tant au niveau central que dans divers districts de pays au niveau local".

Cela signifie que les producteurs et les agrégateurs de données générées par les citoyens et les gouvernements ont tout à fait la possibilité de s’efforcer de combler les lacunes en matière de données et de capacités et de brosser un tableau plus précis des progrès SDGs, dit Cornforth.

Mise à la terre en preuve

D'où qu'il vienne, le besoin de données urbaines fiables est évident. Pour que les villes travaillent efficacement et se développent de manière durable, les décideurs doivent créer des politiques urbaines fondées sur des données fiables. C’était un message fondamental répété régulièrement à Habitat III, un rassemblement mondial sur les villes durables.

Cependant, il reste de nombreuses lacunes en ce qui concerne les données nécessaires pour éclairer les politiques et suivre les progrès en matière de développement urbain durable. Par exemple, les chercheurs avec le Projet mondial sur les futurs urbains ont constaté qu'au cours des deux dernières décennies, les données sur l'accès à un logement convenable «n'ont tout simplement pas été collectées de manière rigoureuse dans tous les pays».

Les données générées par les citoyens ne sont qu'un élément du groupe plus vaste de données urbaines, qui comprend des informations provenant de sources officielles et de chercheurs urbains, qui seront nécessaires pour suivre les progrès accomplis en matière de développement urbain durable dans les années à venir.

«La question des données est fondamentale. Nous promouvons l’idée de politiques fondées sur des preuves », a déclaré Claudio Acioly, directeur de UN-Unité de développement des capacités d'Habitat, a déclaré lors d'une interview à Habitat III. «Dans le monde d’aujourd’hui, nous ne devrions [plus] permettre que des politiques soient décidées et mises en œuvre sur la base d’hypothèses sans fondement [ing].»

Aider à informer les politiques urbaines et à renforcer les capacités des gouvernements, UN-Habitat travaille avec ses Initiative de prospérité urbaine dans plus de villes 300. Cet outil utilise un indice composé de six dimensions afin que les gouvernements puissent définir des objectifs pour le développement urbain durable, en particulier ceux de: SDG 11, «l'objectif urbain» axé sur les villeset comparez les progrès réalisés entre les villes.

Pourtant, les données seules ne suffisent pas pour informer les politiques. Anne Hélène Prieur-Richard, de Future Earth, une initiative de recherche mondiale axée sur la science de la durabilité, a déclaré Anne Hélène Prieur-Richard, spécialiste de la prise de décision en milieu urbain.

Une augmentation de l'accès aux données ouvertes aidera le milieu de la recherche à le faire. "Nous sommes en faveur d'un accès ouvert aux données", a déclaré le prieuré Richard. «C’est la clé pour l’avenir, pour que chacun puisse bénéficier des données.»

Création de «récits de données»

Néanmoins, les données fiables seules peuvent être difficiles à digérer. Pour contribuer à éclairer la politique et la compréhension urbaines, les données urbaines doivent être présentées de manière à donner un sens à cette logique.

«Les concepteurs - le design de l’information et des interactions - ont un rôle énorme à jouer pour trouver un moyen de visualiser des données convaincantes, en de très petits segments», a déclaré Timon McPhearson, directeur du laboratoire d’écologie urbaine de la New School à New York. «Il s’agit d’établir un lien entre les scientifiques et la communauté des concepteurs, ainsi que les communications et la presse, afin de rassembler les informations d’une manière non seulement acceptable, mais aussi motivant et facilement traduisible.»

Les chiffres doivent être transformés en informations que les maires comprendront, a déclaré UN- Acioly d'Habitat. «Je pense que nous devons nous éloigner de la culture du nombre, de la métrique», a-t-il déclaré. «[Nous avons besoin de] traduire ce que cet indicateur signifie pour les politiques publiques et pour la qualité de vie. Quel est l'impact sur des gens comme vous et moi si nous vivons en ville? "

L'intégration de la narration dans la présentation des données peut être puissante, a déclaré Cornforth de DataShift.

«Le pouvoir des données générées par les citoyens ne se limite pas aux statistiques quantitatives», a-t-il déclaré. «Un puissant« récit de données »généré par les citoyens, basé sur l'expérience d'un individu, peut valoir la peine d'être pris en charge par les tableurs 100. Mais vous avez besoin des deux et cela dépendra du contexte. "

Surveillance, surveillance

Beaucoup y voient maintenant une opportunité manquée si le manque de données fiables et de connaissances sur les progrès urbains n’était pas disponible au moment où Habitat IV arrive dans 2036, afin que les parties prenantes puissent facilement voir quels gains ont été réalisés ou non, après Habitat III. En effet, ce type de compte rendu des progrès doit avoir lieu bien avant l’année 20.

La surveillance est un domaine qui a fait défaut au cours des années qui ont suivi la dernière conférence Habitat, tenue à Istanbul au 1996. Comme citiscope rapporté précédemment, il y a eu un «échec spectaculaire de UN-Habitat va faire son opération de surveillance », selon Joseph Schechla de Habitat International Coalition, un groupe de surveillance défendant la mise en œuvre de la stratégie issue du sommet 1996.

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires