Forum économique mondial: partenariats public-privé et nouvel agenda urbain

Forum économique mondial
S'il vous plaît partager cette histoire!
image_pdfimage_print

Mélangez le Forum économique mondial avec le nouvel agenda urbain et vous obtenez un terrain d'initiation massif pour les partenariats public-privé. P3 est un mélange de financement public et privé, comparable au fascisme.  Éditeur TN

Tous les ans, à Davos, station de ski suisse, leaders mondiaux et grands industriels se réunissent sous les auspices du Forum économique mondial. De la politique monétaire à la géopolitique, de la cybersécurité à la réalité virtuelle, la conférence de janvier est un rendez-vous incontournable pour l'avenir de l'économie mondiale. Depuis 2009, un petit groupe de dirigeants d'entreprise s'est réuni dans l'air raréfié des Alpes pour réfléchir à la manière dont l'urbanisation s'inscrit dans une vision de la prospérité mondiale.

Près de dix ans plus tard, la plupart des recherches sur les questions urbaines menées par le Forum économique mondial ont pour origine: Alice Charles, WEFPoint de vue urbain de la Initiative pour l'avenir du développement et des services urbains. Officiellement, elle est la responsable communautaire du forum pour le secteur des infrastructures et du développement urbain.

En interne, elle gère des rapports qui attirent l’attention sur des sujets tels que la dernières innovations urbaines et comment le secteur privé peut concrétiser le nouvel agenda urbain, ainsi que des recommandations par pays pour Inde et des recommandations spécifiques aux villes pour Chine. À l’extérieur, elle coordonne un conseil consultatif composé de personnalités du secteur privé appartenant au secteur privé 25, dont Arup, Danfoss, PricewaterhouseCoopers, etc. IBM, Cisco, GlaxoSmithKline, Novo Nordisk, Hindustan Construction, le groupe Biaban et la Fondation Rockefeller.

Dernièrement, Charles a été le fer de lance de la dernière tentative du forum de se pencher sur la boule de cristal, le Global Future Council on Cities and Urbanisation. Avec des personnalités telles que le maire de Quito Mauricio Rodas, UNDirecteur général d'Habitat Joan Clos Abha Joshi-Ghani, conseillère principale à la Banque mondiale, cette nouvelle table ronde cherchera à résoudre les problèmes urbains en exploitant le soi-disant Quatrième révolution industrielle - le dernier centre d'intérêt du forum, avec un centre récemment ouvert à San Francisco.

Cette semaine à Buenos Aires, le WEF organise sa réunion annuelle sur l'Amérique latine. En mars, Gregory Scruggs, de Citiscope, s'est entretenu avec Charles près du siège mondial du Forum économique mondial, pour en savoir plus sur la vision globale du forum sur l'urbanisation. Cette interview a été modifiée pour sa longueur et sa clarté.


Gregory Scruggs: Pourquoi le Forum économique mondial s'intéresse-t-il à l'urbanisation?

Alice Charles: Le forum est l'organisation internationale de coopération entre le secteur public et le secteur privé. La demande d'emploi provient donc de cette communauté. Avec le niveau d'urbanisation en cours - 66, pour cent de notre population va vivre dans les villes grâce à 2050 - si vous voulez améliorer l'état du monde, vous devez livrer dans les villes.

Si vous regardez le monde des affaires, dans de nombreux cas, ils traitent en fait avec les dirigeants de la ville. S'ils offrent un service, fournissent une infrastructure ou vendent un produit, ils travaillent avec les villes plutôt qu'avec les premiers ministres ou les présidents.

Et bien sûr, les dirigeants municipaux ont intérêt à travailler avec nous. Du point de vue des dirigeants municipaux, ils diraient généralement que: Premièrement, ils sont intéressés par les meilleurs exemples primaires que nous puissions partager, mais le deuxième objectif est de travailler avec cette communauté plus large d’entreprises et de la société civile qui peut aider. de proposer des solutions sur le terrain dans leurs villes.

Q: Si le secteur privé a autant de possibilités en matière de développement urbain, pourquoi pensez-vous que le monde des affaires était si absent? Habitat III?

A: Le secteur privé n'était pas engagé dès le départ. Le secteur privé était absolument disposé à participer. Lors de la réunion 2016 à Davos, les chefs d'entreprise 25 du comité directeur de notre initiative sur l'avenir du développement et des services urbains ont déclaré que pour obtenir le meilleur accord à Habitat III, ils voulaient faire partie du processus.

Les maires étaient bien représentés à Quito [à Habitat III], mais la nécessité pour le secteur privé de faire partie du processus a été reconnue trop tard dans la journée pour que le secteur privé soit physiquement présent. C'est certainement un apprentissage important pour tout futur cadre mondial sur l'urbanisation: vous devez vous assurer que toutes les parties prenantes ont un siège à la table dès le premier jour.

Q: Depuis l’adoption du New Urban Agenda, avez-vous constaté un regain d'intérêt du secteur privé?

A: Le secteur privé est extrêmement intéressé par le nouvel agenda urbain, mais il est préoccupé. Ils croient qu'un certain nombre de choses doivent se produire maintenant.

Lire l'histoire complète ici…

INSCRIVEZ-VOUS
Notifier de
invité
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires