L'ONU se joint à la chasse aux données en exigeant la collecte «sans précédent» de données par les gouvernements sur le programme 2030

Secrétaire général Ban Ki-moon. Photo ONU / Mark Garten
S'il vous plaît partager cette histoire!

Note TN: Démontrant la mentalité technocratique des Nations Unies, nous voyons maintenant des exigences imposées pour des montagnes de données qu'elle cherche à collecter auprès des gouvernements du monde entier. Cela ne s'arrêtera pas et la barre sera continuellement relevée à mesure que la collecte de données progressera. La technocratie est juste si proche maintenant.

Six mois après avoir donné naissance à un ensemble d'objectifs de développement durable nébuleux qui visent à changer radicalement le cours économique, social et environnemental de la planète, les Nations Unies s'emploient actuellement à une restructuration radicale de la collecte de données mondiale afin de mesurer les progrès réalisés par rapport à son vaste programme international .

Le résultat qui a émergé à la fin de la semaine dernière de la Commission de statistique des Nations Unies - un corps obscur d'experts nationaux qui se qualifie lui-même d '«entité faîtière du système statistique international» - est un document aussi tentaculaire, indéfini et ambitieux que les objectifs de développement durable ou ODD. , eux-mêmes - qui définissent 17 objectifs et 169 cibles qui se chevauchent parfois pour transformer la société mondiale.

En essayant de couvrir au moins une partie de ce terrain, le prétendu «projet de cadre mondial d'indicateurs» ajoutera probablement de nouveaux volumes énormes d'informations que les gouvernements collecteront à mesure qu'ils mesureront les progrès accomplis dans la réalisation d'un agenda socialiste ou progressiste mondial.

Dans la mesure où les indicateurs sont adoptés ou intégrés par les gouvernements nationaux, tels que celui des États-Unis, ils fourniront également une puissante réorientation du débat public au fur et à mesure de leur intégration dans les discussions universitaires et politiques.

Dans l’ensemble, le cadre provisoire décrit les indicateurs statistiques 230 permettant de mesurer les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs de développement durable, y compris des facteurs familiers tels que le produit intérieur brut par capital et la proportion de populations vivant sous les seuils de pauvreté nationaux et internationaux.

[...]

Les indicateurs approuvés dans le cadre sont «sans précédent en termes d’ampleur et de nuance», selon John Pullinger, statisticien national de Grande-Bretagne et président sortant d’un groupe d’experts des agences nationales de statistique qui ont rassemblé les indicateurs pour la Commission de statistique.

(Les États-Unis n'étaient pas membres d'un groupe d'experts, mais participaient à un groupe connu sous le nom d'Amis du président de la Commission de statistique, qui fournissait des orientations pour l'effort.)

La quête de l'indicateur SDG comprenait, entre autres, une «poussée très forte» dans l'expression de «désagrégation» de Pullinger, définie par l'ONU comme une ventilation des statistiques par «revenu, sexe, âge, race, appartenance ethnique, migrateur». statut, handicap et localisation géographique, ou autres caractéristiques. "

Il reste à voir comment ces informations seront collectées et comment elles se révéleront éclairantes, car le processus de raffinement et d'obtention des données, a précisé M. Pullinger, devrait s'étendre aussi longtemps que l'agenda SDG, via 2030 .

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

2 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires