L'Inde ordonne l'expulsion «stupéfiante» d'un million d'Autochtones pour sauver la faune

S'il vous plaît partager cette histoire!
Les technocrates égarés placent les gens dans une position plus basse que les animaux et n'ont aucun problème à déplacer des millions de personnes pour faire place à l'écologie. Les personnes déplacées n'ont aucun pouvoir pour résister. »TN Editor

La Cour suprême de l'Inde a ordonné à son gouvernement d'expulser un million de personnes de leurs maisons - pour le bien de la faune du pays.

La décision, rendue mercredi, était une conclusion surprenante à une affaire de dix ans qui a opposé les droits de certains des citoyens les plus vulnérables de l'Inde à la préservation de ses forêts.

Le tribunal a demandé au gouvernement d'expulser plus d'un million de personnes - pour la plupart des membres de tribus autochtones - de leurs maisons situées sur des terres forestières publiques parce qu'elles n'avaient pas satisfait au critère légal pour y vivre.

Avec plus de groupes tribaux 700, l’Inde compte plus de millions d’indigènes. Alors que les terres forestières sont contrôlées légalement par le gouvernement, la population vit dans ces zones depuis des siècles.

Une loi historique adoptée dans 2006 accordait des droits légaux sur les terres forestières et leurs produits aux tribus et aux communautés vivant dans les forêts, à condition que ces dernières puissent prouver que leurs familles y sont restées pendant au moins trois générations.

La bataille pour des terres forestières riches en minéraux n'est pas nouvelle en Inde. La décision est le dernier point éclair dans les intérêts concurrents de l'industrie, des défenseurs de la conservation de la faune et des communautés forestières.

Au cours des 30 dernières années, le gouvernement a détourné 5,400 XNUMX miles carrés de terres forestières, de la taille du Connecticut, pour des projets industriels - dont beaucoup se sont heurtés à l'opposition des peuples autochtones. Les groupes de protection de la nature affirment que l'octroi de droits «étendus» aux personnes sur les terres forestières conduit à la fragmentation des forêts à un moment où le couvert forestier du pays diminue. Les critiques, cependant, affirment que ni l'un ni l'autre ne tient compte des droits des peuples autochtones qui dépendent de la forêt pour leurs besoins quotidiens et leur gagne-pain.

Maintenant, le tribunal dit que ceux dont les demandes ont été rejetées doivent partir - avant le 27 juillet. On estime que le nombre de personnes touchées augmentera à 1.89 million lorsque davantage d'États se conformeront à l'ordonnance.

Les groupes de défense des droits humains et les militants ont été stupéfaits par cette décision. Nicholas Dawes, directeur général par intérim de Human Rights Watch, a écrit que cela avait des implications «stupéfiantes» pour les plus marginalisés de l'Inde.

Forest Rights Alliance, un groupe de défense de la base, a qualifié le jugement de «draconien». Un autre groupe de défense des droits des habitants de la forêt, la Campagne pour la survie et la dignité, a qualifié cet ordre de «coup dur». Il a également noté que des milliers de revendications de droits fonciers en vertu de la loi - la loi sur les droits forestiers - sont «rejetées à tort».

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité
1 Commentaire
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Alexandre Mihanovich

«Parce qu'ils n'avaient pas satisfait au critère légal pour y vivre.» Y a-t-il quelque chose d'aussi mauvais que ça? Je veux dire, c'est beaucoup plus violent que les bons vieux huns ou rois, les barbares et toute la violence de l'histoire. La plume est en effet plus puissante que l'épée.