Des alarmistes qui réchauffent la planète font pression sur les médias pour faire taire les sceptiques

Les ours polaires ne manquent pas et la glace polaire se développe.
S'il vous plaît partager cette histoire!
Si vous n'êtes pas un alarmiste du climat / réchauffement de la planète, vous ne vous souciez probablement pas beaucoup du réchauffement de la planète, mais cela ne dissuade pas les alarmistes de siffler. Dans l'intervalle, les médias subissent constamment des pressions pour qu'ils arrêtent de publier toute dissidence des «négationnistes» car cela fait des trous dans leurs théories corrompues et erronées. ⁃ Éditeur TN

Il y a un peu, J'ai écrit ici le refus de débattre de leurs opposants est une grave erreur de plaidoyer pour les alarmistes qui réchauffent la planète. Après tout, si la catastrophe mondiale est vraiment À venir, il faut accepter toutes les occasions de persuader ceux qui doutent.

Maintenant, les intellectuels publics qui réchauffent la planète ont prévenu les médias que s'ils autorisaient les sceptiques à s'exprimer, ils boycotteraient leurs commentaires. Du lettre ouverte figurant dans le Tuteur:

L'équilibre implique un poids égal. Mais cela crée alors une fausse équivalence entre un consensus scientifique écrasant et un lobby, fortement financé par des intérêts acquis, qui existe simplement pour semer le doute afin de servir ces intérêts. Oui, bien sûr, le consensus scientifique devrait pouvoir être contesté - mais avec une meilleure science, pas avec du spin et du non-sens. Nous devons de toute urgence orienter le débat sur la manière dont nous traitons les causes et les effets d'un changement climatique dangereux, car c'est là que le bon sens requiert notre attention et que nos efforts doivent être.

Des voix marginales protesteront contre la «liberté d'expression». Personne ne devrait les empêcher d'exprimer leurs points de vue, qu'ils soient tenus de manière cynique ou erronée. Cependant, personne n'est obligé de leur fournir une plate-forme, encore moins de comparaître à leurs côtés pour donner l'impression trompeuse qu'il y a quelque chose de fond à débattre.

Cette variante «Nous avons trop raison de débattre» est également une folie. Faire pression sur les médias pour qu'ils ne présentent que le côté alarmiste de l'affaire - ce qui se produit déjà beaucoup sinon la plupart du temps de toute façon - ne changera pas d'avis. Au contraire, cela soulèvera la suspicion aiguë qu'ils font taire les dissidents parce que leurs hypothèses sont en fait très discutables et qu'ils ne peuvent pas supporter le concours.

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

1 Commentaire
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires